Cataracte : une fragilité réversible pour un vieillissement cérébral optimal

Cataracte : une fragilité réversible pour un vieillissement cérébral optimal

La cataracte est la perte de transparence du cristallin. En plus de la vision, elle affecte aussi la qualité de vie. Elle touche plus d’une personne sur 5 au-delà de 65 ans en France, et plus de 60 % de la population après 85 ans. 

Si sa prévention a échoué, le seul traitement de la cataracte est la chirurgie. C’est une intervention courante et peu risquée.

Malgré cela, un grand nombre de personnes concernées par cette pathologie liée au vieillissement de l’œil n’y ont pas recours. En cause, un manque d’informations sur le sujet et surtout, une méconnaissance des effets négatifs de sa non-prise en soin. 

Lorsqu’une cataracte est déclarée, il n’y a aucune raison d’attendre pour la traiter, tellement les bénéfices sont importants en termes d’indépendance fonctionnelle et de qualité de vie pour bien vieillir.

 

Qu'est-ce que la cataracte ?

Le cristallin est une sorte de lentille naturelle située dans l’œil. Avec l’âge, le cristallin perd progressivement en transparence. Son contenu se trouble pour devenir jaune puis brun.

Comme la presbytie, la cataracte est un signe de vieillissement dans la majorité des cas. Mais la presbytie survient tôt, rapidement et on s’appareille (lunettes ou lentilles) vite pour reverser cette fragilité… sinon on ne sait plus lire…

L’âge est la 1ʳᵉ cause de cataracte et par définition, nous n’y pouvons pas grand-chose. En revanche, elle peut apparaître chez des personnes plus jeunes, notamment en cas d’exposition solaire importante, de diabète, de myopie, de traumatisme, de tabagisme ou de la prise de corticoïdes au long cours… Certains facteurs de risque peuvent se prévenir1.

 

Quels signes doivent vous faire penser à une cataracte ?

alt text

L’opacification du cristallin est responsable de plusieurs symptômes qui apparaissent très lentement. Quand la perte de clarté du cristallin est constituée, elle ne permet plus le passage des rayons lumineux qui convergent normalement vers la rétine pour former une image. 

Une baisse de l’acuité visuelle s’installe d’abord de loin (s’apparentant à une myopie) puis de près. Au maximum et en l’absence de traitement, cela peut conduire à une cécité (perte complète de la vue).

Parmi les signes les plus fréquemment décrits figurent une sensation de brouillard avec un flou visuel, une mauvaise perception des contrastes, des difficultés à distinguer les reliefs, un ternissement des couleurs vers le jaunissement, des éblouissements, une baisse de la vision en faible intensité lumineuse.

 

Quel retentissement peut avoir une cataracte non traitée ?

Les signes en lien avec une cataracte peuvent avoir des répercussions dans le fonctionnement quotidien et altérer, à divers degrés, la qualité de vie.

 

Baisse d’autonomie dans les activités quotidiennes

Une vision claire est essentielle pour lire et écrire. La cataracte peut rendre difficile des activités banales telles que lire le journal, suivre des instructions ou gérer les tâches administratives ou ses finances. N'est-ce pas utile de pouvoir bien lire les relevés bancaires ou les factures ? En tout cas, une vision trouble expose à des erreurs.

La conduite est également très dépendante d'une bonne vision. La cataracte peut la rendre dangereuse en réduisant la clarté visuelle et l’aptitude à voir de nuit.

Finalement, lorsque que ces activités deviennent limitées, une forme de dépendance envers les autres s’installe et réduit l’autonomie au quotidien. Et les personnes finissent par perdre confiance en leurs capacités.

 

Augmentation du risque de chute et d’accidents domestiques

Une vision claire est cruciale pour évoluer en toute sécurité dans son environnement habituel et, pire, dans un lieu non familier, car la cataracte augmente le risque de chutes.

Une vision affaiblie peut compliquer la prise de médicaments (lecture des étiquettes, des prescriptions) et être à l’origine d’erreurs de traitement, dont les conséquences peuvent être non négligeables.

 

Réduction de la vie sociale et des loisirs

La cataracte isole les personnes en limitant leur faculté à interagir avec les autres. En effet, une vision correcte permet de reconnaître les visages, lire les expressions faciales… Lorsque ces informations visuelles sont perturbées, elles gênent la participation aux échanges.

De nombreuses activités de loisirs, comme regarder la télévision, jouer à des jeux, bricoler, ou faire du vélo, nécessitent une perception visuelle adéquate. La cataracte réduit la participation à ces loisirs ou les rend moins accessibles, diminuant ainsi le plaisir et les activités de la vie de tous les jours.

 

Diminution de la stimulation cérébrale

Cette conséquence est probablement la moins connue. Et pourtant, le lien entre le trouble de la vue et l’accélération du vieillissement cérébral est maintenant démontré.

En améliorant la vision, la chirurgie de la cataracte permet de maintenir une stimulation cérébrale plus constante et joue un rôle crucial dans le ralentissement du déclin cognitif chez les personnes vieillissantes2.

 

Le traitement de la cataracte est une chirurgie simple et peu risquée

alt text

En France, l’opération de la cataracte est un acte courant et quotidien pour les chirurgiens ophtalmologues. Près de 800 000 interventions de cataractes sont réalisées en France chaque année3, où elle est prise en charge par l’assurance maladie. Il s’agit de la chirurgie la plus réalisée, non seulement dans notre pays, mais aussi à l’échelle mondiale.

L’opération est le seul traitement qui permet de guérir de la cataracte. Elle ne s’améliore pas avec le port de lunettes.

Le geste consiste à enlever le contenu du cristallin, et le remplacer par une lentille artificielle transparente, appelée implant. L’opération s’effectue en ambulatoire sous anesthésie locale. Elle dure une quinzaine de minutes et est complètement indolore.

La récupération est très rapide, car, dès le lendemain, la vision est nettement améliorée.

 

La presbytie et la cataracte sont 2 troubles très fréquents de la vue liés à l’âge. La DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge), quant à elle, est une maladie, certes plus fréquente chez les personnes âgées, mais elle n’est pas liée directement au vieillissement naturel. 

La survenue de ces troubles visuels avec l’âge nécessitent de prendre soin de sa vue pour bien vieillir. Pour cela, la première démarche est d’aller régulièrement faire contrôler et examiner vos yeux.

Concernant la cataracte, le traitement chirurgical est le seul recommandé à ce jour et permet une réversibilité complète des signes si elle est prise en charge suffisamment tôt.

 

Sources :

1. AMELI. Quels facteurs de risque de la cataracte peut-on supprimer ? 

2. Maharani A, Dawes P, Nazroo J, Tampubolon G, Pendleton N. Cataract surgery and age-related cognitive decline: A 13-year follow-up of the English Longitudinal Study of Ageing. PLoS ONE. 2018;13(10).

3. Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES). 

Le traitement de la cataracte primaire est la plus fréquente des interventions chirurgicales

 

 

Partager l'article sur :

Voir aussi

Votre avis ?